Show simple item record

dc.contributor.authorRuffié, Jacques
dc.contributor.authorDucos, Jean
dc.contributor.authorLarrouy, Georges
dc.contributor.authorMarty, Yvonne
dc.contributor.authorOhayon, Élie
dc.date.accessioned2017-08-16T13:23:51Z
dc.date.available2017-08-16T13:23:51Z
dc.date.issued1967-04-03
dc.identifier.urihttp://repositorio.umsa.bo/xmlui/handle/123456789/11960
dc.description.abstractDepuis longtemps les anthropologistes ont été frappés par la remarquable homogénéité de la répartition des groupes sanguins ABO dans les populations amérindiennes. En effet, á part quelques tribus vivant dans la zone nord-ouest du semi-continent néarctique, qui présentent des fréquences de A extrêmement élevées, la plupart des autres (et en particulier celles de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du sud) sont formées d’individus appartenant tous au groupe O. Cette grande uniformité génétique pose un problème non encore résolu. Il nous a paru que l’étude des anticorps anti-A et anti-B des indigènes ameérindiens apportait des éléments capables de donner une explication à ce phénomène.es_ES
dc.language.isofres_ES
dc.publisherC.R. Acad. Sc.es_ES
dc.subjectANTICUERPOSes_ES
dc.subjectANTI-Aes_ES
dc.subjectANTI-Bes_ES
dc.subjectTRIBUS AMERINDIASes_ES
dc.titleSur la fréquence élevée des anticorpos anti-A et anti-B de haul titre dans les tribus amérindiennes. Rôle possible comme facteur sélectifes_ES
dc.typeArticlees_ES


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record